Bienvenue sur le Blog Noam-Chomsky.fr

Mis en avant

Ce site personnel et non officiel a pour but de mieux faire connaitre l’oeuvre de Noam Chomsky, linguiste, philosophe, activiste et penseur politique. Ce célèbre intellectuel américain, considéré par le New York Times comme étant « le plus important intellectuel de notre époque » ou par deux éminentes revues anglo-saxonnes « l’intellectuel contemporain le plus influent » parmi une centaine, reste très peu connu en France — quand il n’est pas étrangement diabolisé…

Sa réputation internationale est fondée principalement sur sa critique de la politique étrangère des États-Unis, ainsi que celle des médias et des intellectuels dominants. Mais Chomsky a aussi été, depuis le début des années 1990, l’un des principaux critiques du néo-libéralisme et de la « globalisation ». La pensée de Chomsky, qui n’est libérale ni marxiste, au sens habituel de ces termes, et qui ne rentre dans aucun des principaux cadres de la pensée européenne, porte également sur le pouvoir et le changement social, l’éducation, la rationalité et le postmodernisme, la nature humaine et la notion de justice. Chomsky se définit parfois comme étant un « enfant des Lumières », et il est sans doute l’héritier contemporain le plus radical de cette tradition.

Faire vivre ce site demande beaucoup d’efforts. Toute aide est donc la bienvenue (pour traduire des interviews, chercher sur Google, relire, réaliser de courtes synthèses…), n’hésitez pas à nous contacter

Noam Chomsky

« Un vrai système d’éducation donnerait des cours
d’autodéfense intellectuelle. »
[Noam Chomsky]

« Quand j’ai commencé à lire Chomsky, je me suis dit que son déploiement d’arguments, leur quantité, leur implacabilité, étaient un peu, comment dire, insensés. Un quart des arguments qu’il avait amassés auraient suffi à me convaincre. J’avais l’habitude de me demander pourquoi il devait travailler tant. Mais maintenant, je comprends que l’amplitude et l’intensité du travail de Chomsky sont un baromètre de l’amplitude, de l’étendue et de l’implacabilité de la machine de propagande à laquelle il fait face. »
[Arundhati Roy, The Hindu, 2003]


Articles particulièrement recommandés :

  Lire la suite

[2013] Edward J. Snowden est-il à bord de cet avion ?

La condamnation par les Etats sud-américains de la décision de plusieurs Etats européens (France, Italie, Espagne, Portugal), en violation du droit international, de refuser le survol de leur espace aérien au Président bolivien Morales, soupçonné d’avoir accordé l’asile politique à Snowden, révèle l’isolement diplomatique croissant des Etats-Unis et du Canada au sein de leur propre continent. Lire la suite

[2013] Qui possède le monde ?

Le discours sur les rivalités entre nations (déclin américain, émergence de la Chine, indépendance croissante de l’Amérique latine, etc.) masque la communauté d’intérêt, au niveau mondial, du capital (institutions financières) et de l’industrie (multinationales), qui sont les véritables “gagnants” des transferts de pouvoir observés au cours de la dernière décennie, au détriment de la force de travail mondiale. Lire la suite

[2002] La Fabrication du consentement (Conclusion)

Pour résumer, les médias aux États-Unis sont de puissantes et efficaces institutions idéologiques qui accomplissent une fonction de propagande au service du système grâce aux mécanismes du marché, d’idées reçues intériorisées et d’autocensure, mais sans véritable coercition directe. Ce système de propagande est devenu d’autant plus efficace au cours des dernières décennies, à la suite du développement des réseaux de télévisions nationales, d’une concentration accrue des grands médias, des pressions de la droite sur les radios et télévisions publiques et de la croissance tant de la taille que de la sophistication, des relations publiques et de la gestion de l’information. Pour autant, le système n’est pas « tout-puissant ». [...]

L’organisation et l’auto-éducation de groupes militants, au sein des différentes communautés ou sur le lieu de travail, leur militantisme et leur capacité à s’organiser en réseaux sont plus que jamais des éléments fondamentaux de la démocratisation de notre vie sociale et de toute perspective de changement social significatif. C’est seulement si de tels changements se produisent que l’on peut espérer assister à l’avènement de médias réellement libres et indépendants. [...]

Dès lors que les aspects les plus négatifs de l’attitude des médias résultent principalement de leur structure même et de leurs objectifs, toute évolution réelle repose sur des changements de l’organisation qui les sous-tend et de ses objectifs.
Lire la suite

[2002] La Fabrication du consentement (Introduction)

Cet ouvrage est construit autour de ce que nous appelons un « modèle de propagande », une construction analytique dont l’objet est de tenter de rendre compte du fonctionnement des médias américains à partir des structures institutionnelles de base et du système de relations dans lesquels ils opèrent. Notre point de vue est que les médias, entre autres fonctions, jouent le rôle de serviteurs et de propagandistes des puissants groupes qui les contrôlent et les financent. Les porteurs de ces intérêts ont des objectifs précis et des principes à faire valoir, ils sont aussi en position d’infléchir et d’encadrer l’orientation des médias. Cela ne s’opère généralement pas au moyen d’interventions directes et grossières mais plutôt grâce à la sélection d’un personnel politiquement aux normes et l’intériorisation par les rédacteurs et les journalistes des priorités et des critères définissant ce qu’est une information valable en conformité avec les politiques de l’establishment. Lire la suite